• La fourrure est en vogue dans l’industrie de la mode. Mais comme les consommateurs apprennent la vérité au sujet du commerce de la fourrure, de moins en moins de designers l’utilisent dans leurs créations.

0a8ae454b42acbe2419ee43bf4827ff7_image-1_mod2-1414179087-1438877814 copy

  • Bien que des compagnies de vêtements prétendent que la fourrure est la seule ou la meilleure façon de se protéger contre les conditions météorologiques extrêmes, cet argument n’est pas valable. De nombreuses compagnies de vêtements ayant comme spécification « conditions météorologiques extrêmes » utilisent des tissus synthétiques au lieu de la fourrure, comme par exemple Arc’teryx, MEC, Columbia, Fjällräven et d’autres.

 

  • On dit souvent aussi que la fourrure est une ressource renouvelable et qu’à ce titre, on devrait l’utiliser. Mais les animaux sauvages ne sont pas une ressource : ce sont des êtres individuels, sensibles. En outre, le piégeage et l’élevage d’animaux à fourrure ont causés des dommages catastrophiques aux écosystèmes par le passé : les visons de mer ont été poussés à l’extinction, et seul un plan audacieux de réintroduction a sauvé les castors du Canada au 19e siècle.

 

  • Qu’il s’agisse de fourrure provenant d’élevage industriel ou d’animaux piégés dans la nature, l’utilisation de la fourrure dans les créations de vêtements n’est pas nécessaire.

 

  • Informez-vous davantage sur les programmes sans fourrure en cliquant ici (en anglais seulement).