• Archived photo of coyote in a leg-hold trap.

    Archived photo of coyote in a leg-hold trap.

    L’industrie commerciale de la fourrure veut faire croire au public que les pièges sont sécuritaires et sans cruauté. Ils sont tout sauf cela.

  • Tous les pièges sont conçus pour retenir un animal malgré lui : même si l’animal n’est pas blessé lorsque la trappe se referme, on le laissera dans le piège jusqu’à une semaine. Pris au piège, ces animaux sont exposés aux éléments, aux autres animaux, et souffrent souvent de la faim, de déshydratation et de blessures qu’ils s’infligent en tentant de sortir du piège.Lorsque les trappeurs reviennent enfin, un animal qui n’a pas déjà succombé est traité à coups de pied, matraqué ou étranglé – ou tué par d’autres méthodes brutales pour préserver la peau.
  • Le fameux piège à ressort est réputé pour être illégal dans le monde entier. Bien qu’il soit banni dans plus de 60 pays, et dans plusieurs États des États-Unis, le piège à ressort est encore légal et communément utilisé au Canada et dans certaines parties des États-Unis et de l’Europe.
  • Les pièges ne discriminent pas entre les animaux qui les déclenchent. Les espèces en voie de disparition, les chiens et chats domestiques et d’autres animaux non ciblés se font souvent prendre. Une étude de l’association vétérinaire américaine indique que jusqu’à 67 pour cent des animaux coincés dans des pièges ne sont pas des victimes intentionnelles.
  • Plus d’information sur l’Accord sur les normes internationales de piégeage sans cruauté (ANIPSC), l’histoire du piégeage, et comment libérer en toute sécurité les animaux domestiques qui sont pris dans des pièges, cliquez ici